MOUVEMENT RADICAL Social-Libéral 34

C’est un 15 mai : Journée internationale des familles

Le 15 Mai : Journée internationale des Familles

Proclamée par l’ONU en 1993, cette journée a pour but d’attirer l’attention des décideurs internationaux et du grand public sur les difficultés et les besoins des familles, ainsi que de trouver des réponses efficaces.

Alors qu’actuellement nous traversons l’une des pires crises sanitaires planétaire, viennent se greffer une crise économique et une crise sociale. La pandémie de COVID-19 nous rappelle l’importance des politiques sociales protégeant les personnes et les familles les plus vulnérables.
Depuis le début de la crise sanitaire et pour longtemps encore, ce sont les familles qui subissent et doivent assumer les conséquences de cette dernière. Elles sont les protectrices de tous les membres qui la composent, elles s’occupent de l’éducation des enfants, prennent soin des parents âgés, veillent au maintien de l’équilibre harmonieux de la cellule familiale et, en même temps, sont les chevilles ouvrières de la société, en exerçant leurs responsabilités professionnelles. Leur sens du devoir les honore.

Mais avec cette période de confinement, la promiscuité, le stress et les frustrations augmentant, est apparue corrélativement une augmentation de la violence à l’égard des femmes et des enfants, ainsi qu’un éloignement d’un grand nombre de jeunes du système scolaire, faute de moyens et/ou de matériels adaptés.

C’est pourquoi, il est réellement impératif de soutenir les familles vulnérables, celles qui ont perdu tout ou partie de leurs revenus, celles qui ont un logement inadéquat, celles qui ont de jeunes enfants, celles sont composées de personnes âgées ou de personnes handicapées afin de leur apporter des solutions efficaces et pérennes qui leur permettront de mieux vivre ensemble.

La philosophie radicale repose sur quatre piliers essentiels dont l’un est le solidarisme.

Le solidarisme est une philosophie politique énoncée par Léon Bourgeois qui développe ce courant de pensée en 1896. Le solidarisme est la « responsabilité mutuelle qui s’établit entre deux ou plusieurs personnes » ou encore un « lien fraternel qui oblige tous les êtres humains les uns envers les autres, nous faisant un devoir d’assister ceux de nos semblables qui sont dans l’infortune ».

Aujourd’hui, cette philosophie doit être, plus que jamais, prise en considération par chacun. Elle est mise en œuvre dans le cadre de la lutte contre la pandémie, mais cet élan doit se poursuivre et s’amplifier. C’est ce à quoi s’emploie sans relâche, le Mouvement Radical / Social-Libéral.

Laisser un commentaire