MOUVEMENT RADICAL Social-Libéral 34

Auteur : MRSL34

Communiqué de presse du 19 juillet

Assemblée Générale annuelle du MRSL34

Hier, Samedi 18 Juillet, s’est tenue l’Assemblée Générale annuelle du Mouvement Radical / Social- Libéral de l’Hérault (MRSL34). Les participants ont été accueillis dans un site remarquable, au bord de l’étang de Thau, par la Municipalité de Mèze, que tous ont chaleureusement remerciée.

Le Président de la Fédération, Jacques Dandine, assisté des membres du Bureau, a fait un bilan de l’année écoulée. Il a particulièrement insisté sur le renforcement du maillage territorial du MRSL34, et commenté les retours et analyses des différents « LABS » sur les besoins et attentes du territoire héraultais.

Il a, ensuite, défini la feuille de route des prochains mois, en mettant l’accent sur la volonté d’impliquer fortement et de faire participer activement le Mouvement aux échéances électorales futures, sénatoriales, départementales et régionales.

De très pertinents et enrichissants échanges ont eu lieu entre les adhérents, sympathisants et élus locaux du département.

Jacques DANDINE
Président Départemental

Communiqué de presse du 6 juillet

Élections sénatoriales 2020

Le Mouvement Radical / Social-Libéral plaide, depuis sa création en 2017, pour une décentralisation forte et utile, constatant que l’organisation administrative de la France répond depuis plusieurs décennies à une logique de décentralisation, mais celle-ci demeure hésitante, complexe et imparfaite.

La crise de la Covid-19 a précipité la possibilité d’ouvrir « une nouvelle donne territoriale » souhaitée par le Président de la République, qui a reçu du Président du Sénat, le 2 Juillet dernier, 50 propositions « pour le plein exercice des libertés locales ».

Le Mouvement Radical / Social-Libéral doit être un artisan de cette nouvelle étape de la décentralisation. C’est la raison pour laquelle, la fédération héraultaise du Mouvement a décidé de présenter des candidats et des candidates issus de ses rangs et de la société civile aux élections sénatoriales du 27 Septembre 2020. Ils et elles se sont déjà mis au travail pour soutenir le territoire de l’Hérault et contribuer à rendre la Haute Assemblée plus forte, plus agile et plus vigilante.

Jacques DANDINE
Président Départemental

Communiqué de presse du 3 juillet

Le Mouvement Radical / Social-Libéral de l’Hérault prend acte du choix de Jean Castex comme Premier Ministre.

Haut fonctionnaire, Maire de Prades dans les P-O, le Délégué interministériel au déconfinement, aura désormais pour mission de réformer l’Etat et de piloter la période délicate de sortie des crises sanitaire et économique.

Il sera en charge de former, d’ici mercredi, un gouvernement capable d’incarner le « Nouveau Chemin » voulu par le Président de la République, dans la perspective de l’élection présidentielle de 2022. Il devra construire et tenir, outre sa feuille de route, un dialogue apaisé dans la perspective de mener à bien les réformes de la décentralisation, essentielle pour nos territoires.

Le Mouvement Radical / Social-Libéral de l’Hérault salue l’action d’Edouard Philippe, qui durant les 1145 jours passés au service du pays en qualité de Premier Ministre, a su mettre en œuvre les grands chantiers des profondes réformes nécessaires à la France de demain, tout en gérant la crise de la Covid-19 et ce, avec un sens infaillible de l’Etat.

C’est le 1er Juillet : « Journée mondiale du Bandeau Blanc »

Le 1er Juillet : « Journée mondiale du Bandeau Blanc »

Chacun de nous est invité à porter un bracelet blanc à son poignet en signe de soutien à l’action mondiale contre la pauvreté. Il symbolise « l’Action Mondiale contre la pauvreté » qui regroupe des centaines d’organisations et de citoyens à travers le monde. Cette journée tire son nom de l’action de Care France en 2005 : « 2005, plus d’excuses ! ».

Le 14 septembre 2005, alors que s’ouvre ce jour-là, à New York, le Sommet Mondial décrit par Kofi Annan comme « le plus important de l’histoire des Nations Unies », la coalition « 2005 : plus d’excuses ! » est allée, tôt le matin, sonner le réveil des Etats membres par une tournée en son et lumière des ambassades à Paris, afin que ceux-ci tiennent leur engagement pris il y a cinq ans, de réduire de moitié la faim et la grande pauvreté d’ici 2015. »

Aujourd’hui, 1er juillet 2020, force est de constater que nous sommes malheureusement bien loin des objectifs de 2015, mais, comme chaque année depuis 15 ans, cette journée continue d’être célébrée.

Rappelons pour mémoire, que 821 millions de personnes souffrent de la faim et que 21 000 en meurent chaque jour, selon le dernier rapport sur les crises alimentaires dans le monde.

Le 15 juin 2020, lors de la journée Mondiale d’action contre la faim, nombre d’organisations ont alerté sur le risque d’aggravation de la situation à cause de la pandémie de la Covid-19.

Selon le Programme Alimentaire Mondial : restrictions, déplacements ou mesures de confinement ont limité l’accès aux denrées alimentaires, dans des pays où les populations souffrent déjà de malnutrition.

  • 370 millions d’enfants ne peuvent pas prendre un repas équilibré à l’école, à cause des mesures de confinement, lié à la crise sanitaire.
  • 265 millions de personnes seront en situation d’insécurité alimentaire grave à la fin de l’année 2020, soit 130 millions de personnes de plus qu’en 2019.

Les pays riches sont aussi touchés par la grande pauvreté et l’insécurité alimentaire. Selon l’ONG « CCFD Terres Solidaires », la Fédération européenne des Banques Alimentaires constate une augmentation de 25% à 30% de la demande d’aides en Europe de l’Ouest, il s’agit de l’une des conséquences de la crise sanitaire. Le directeur du Programme Alimentaire Mondial évoque, par conséquent, une probable « pandémie de faim » si les aides apportées aux populations les plus fragiles ne sont pas suffisantes.

En France, ce sont plus de soixante organisations et syndicats réunis au sein de : “2005 : plus d’excuses !” qui œuvrent tous les jours avec pour objectif d’interpeller les Etats, signataires des Objectifs du Millénaire en 2000, et leur rappeler le respect de leurs engagements.

Le Mouvement Radical / Social – Libéral de l’Hérault est fortement sensibilisé à cette cause humaniste et travaille en lien étroit avec des associations locales pour porter leurs messages au sein de toutes les collectivités territoriales et nationales, afin de contribuer à l’amélioration des conditions de vie de toutes celles et ceux qui n’ont pas accès à un mode d’alimentation correct.

Communiqué de presse du 29 juin

Élection des derniers conseils municipaux

Cette exceptionnelle séquence électorale est enfin terminée. Elle laissera un mauvais souvenir dans tous les esprits, celui du triomphe de l’abstention. Son taux particulièrement élevé traduit le déclin d’une expression démocratique, aujourd’hui totalement désorientée par le comportement fantasque d’un grand nombre de candidats, qui portent la responsabilité de cette situation.

Désormais, toutes les communes françaises sont dotées d’un conseil municipal et, après la période compliquée que nous a fait vivre la crise de la Covid-19, le fonctionnement de nos collectivités locales va pouvoir reprendre son cours normal.

Nous adressons nos félicitations républicaines à tous les élus nouveaux ou renouvelés de ce second tour.

Le Mouvement Radical / Social – Libéral de l’Hérault salue l’élection de membres supplémentaires en qualité de maires-adjoints et de conseillers municipaux dans plusieurs communes importantes du département. Cela représente le fruit d’un travail de terrain sérieux et appliqué et renforce l’ancrage territorial du Mouvement en vue des scrutins ultérieurs.

Jacques DANDINE
Président Départemental

Communiqué de presse du 24 juin

Élection municipale à Montpellier

Dimanche prochain, les Montpelliérains décideront du sort de leur commune et de leur Métropole pour les six prochaines années. Cette élection municipale intronisera le candidat qui aura la meilleure connaissance des caractéristiques socio-économiques et politiques de la Cité.

Le Mouvement Radical / Social-Libéral de l’Hérault a fait le choix de ne pas se positionner à Montpellier. Tout au plus, il observe avec bienveillance le programme d’une liste dont le chef de file œuvre pour sa ville. Dans ce contexte de « drôle de campagne » et de crise sanitaire, il appelle à ne pas abandonner cette élection à celle qui fut la grande gagnante du 1er tour à Montpellier avec près de 59% : l’abstention.

Jacques DANDINE
Président Départemental

C’est le 20 juin : « Journée mondiale des réfugiés »  (World Refugee Day)

Le 20 juin : « Journée mondiale des réfugiés »  (World Refugee Day)

Les Nations Unies ont adopté une Convention le 28 Juillet 1951, par laquelle a été créé le statut de réfugié. Par la résolution 55/76 de l’Assemblée Générale des Nations Unies, du 4 Décembre 2000, année du 50e anniversaire de l’adoption de ladite Convention, il a été décrété qu’à compter de 2001, le 20 Juin sera la journée internationale des réfugiés, en témoignage de solidarité avec l’Afrique, qui abrite le plus grand nombre de réfugiés et avec l’accord avec l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA).

Selon le rapport dramatiquement historique de 2019 et selon les estimations du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), ces déracinés se répartissent entre les déplacés internes (41,3 millions), les réfugiés (25,9 millions) et les demandeurs d’asile (3,5 millions). Plus de 80 % restent dans les pays pauvres.

Le rôle de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, est plus que jamais déterminant. Ses actions envers les réfugiés et les déplacés internes afin de protéger les plus vulnérables, sont menées dans de nombreux domaines tels l’éducation, la santé, le développement des économies locales, etc…….

« Les conventions internationales et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme font obligation aux États européens, entre autres, de ne pas renvoyer un réfugié vers un pays où ses droits humains seraient bafoués et reconnaissent à quiconque le droit de franchir une frontière pour se mettre à l’abri dans le but de demander l’asile auprès d’un État. » précisent les textes.

La pandémie de COVID-19, causée par le coronavirus, met en danger toutes les populations à travers le monde, y compris les réfugiés et autres personnes déracinées par les conflits et les persécutions. Le monde compte 79,5  millions personnes les ayant fui.

L’actuelle crise sanitaire, économique et sociale a des conséquences directes sur des millions d’enfants exilés à travers le monde, elle exacerbe les vulnérabilités et l’exposition à de plus grandes violences.

C’est lors de ce rendez-vous annuel qu’acteurs institutionnels, associations, réfugiés et société civile se réunissent pour célébrer les valeurs d’accueil et de solidarité et faire découvrir les actions menées sur le territoire français en faveur des personnes accueillies.

Le Mouvement Radical / Social-Libéral de l’Hérault tient à souligner l’important travail de l’État et la mise en œuvre par des structures associatives, grâce à différents partenaires, des nombreux dispositifs d’accueil et d’insertion des réfugiés proposés et notamment sur le territoire de l’Hérault. Tous sont mobilisés au quotidien pour assurer, dans les meilleures conditions, l’accueil des migrants, notamment les demandeurs d’asile et l’intégration des réfugiés. 

En effet, si les réfugiés ont accès aux dispositifs sociaux de droit commun, les difficultés qu’ils peuvent rencontrer dans leur intégration justifient la mise en oeuvre de dispositifs spécifiques en leur faveur.

Plus que jamais à l’échelle de nos territoires, la pandémie de COVID-19 nous a montré à quel point chacun de nous a un rôle à jouer dans la société et peut faire la différence. 

Cette conviction est au cœur de la campagne 2020 du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) : Nous rappeler que chacun d’entre nous peut agir et apporter un changement positif à la société, pour un monde plus juste et inclusif, car ”chaque geste compte”. 

La liberté d’agir retrouvée

Suite à l’allocution du Président de la République, Le Mouvement Radical / Social-Libéral de l’Hérault prend acte avec satisfaction des mesures d’accélération du déconfinement, qui tout en respectant scrupuleusement la vigilance sanitaire, vont permettre une plus grande liberté d’actions personnelle, professionnelle, sociale et économique.

La mobilité géographique totale retrouvée et la réouverture d’un très grand nombre de frontières étaient vitales pour les échanges et en particulier pour une totale reprise des activités économiques sur notre territoire, notamment celles liées au secteur du tourisme.

Le MRSL 34 approuve la confirmation de la tenue du second tour des élections municipales 2020. Si la mise en place des nouvelles équipes municipales des 285 conseils municipaux élus au 1er tour est désormais réalisée, notre département compte encore 57 communes qui sont concernées par un second tour le 28 juin. Il était temps de clore cette séquence électorale hors normes.

« L’organisation de l’État et de notre action doit profondément changer. Tout ne peut pas être décidé si souvent à Paris. »

Emmanuel Macron

Le Président de la République a promis un nouvel équilibre des pouvoirs avec plus de responsabilités pour les collectivités locales.

Le Mouvement Radical / Social-Libéral a depuis toujours prôné une décentralisation forte, en cohérence avec nos territoires et nos compétences propres.

Une répartition des compétences et des pouvoirs qui ne peut exister qu’accompagnée de moyens adaptés et d’une autonomie financière dans la gestion de nos collectivités locales.

Les gestions « sur le terrain » de cette crise sanitaire inédite de la COVID19 ont démontré et prouvé le rôle primordial que jouent ces dernières dans l’organisation administrative et politique de leurs territoires; elles ont mis également en évidence leurs immenses facultés d’adaptation.

Affaire Georges Floyd et violences policières

« Le racisme n’a pas sa place dans notre société et encore moins dans notre police républicaine »

Christophe Castaner, Ministre de l’Intérieur

La mort de Georges Floyd aux Etats-Unis est mondialement devenue le symbole de la lutte contre les violences policières. Les rassemblements en sa mémoire et pour « combattre le racisme dans la police » se sont tenus mardi 9 Juin dans nos grandes villes. Interdits mais non sanctionnés et ce malgré le contexte de crise sanitaire « …. l’émotion mondiale, qui est saine sur ce sujet, dépasse au fond les règles juridiques qui s’appliquent », avait annoncé le Ministre de l’Intérieur.

Au-delà des « méthodes d’interpellations policières » c’est la question du racisme qui est soulevée. Y aurait-il une France raciste dont notre police serait le reflet ?

La France n’est pas les Etats-Unis. On ne peut comparer ni assimiler la mort de Georges Floyd sur fond de violence policière notamment envers les Afro-Américains, aux bavures et excès de quelques individus, à la violence verbale et physique, que subissent parfois nos concitoyens et qui ont eu lieu sur notre territoire. On ne peut exporter le conflit racial de l’Amérique sur fond de tensions sociales et de divisions que l’on ne doit pas occulter et qui ont lieu dans notre société française.

On ne peut stigmatiser ni jeter l’opprobre sur toute une profession. Les sanctions à l’égard de représentants des forces de l’ordre ne respectant pas la loi ni leur devoir seront déterminantes pour que les Français retrouvent confiance en leurs institutions. Atténuer la défiance envers nos concitoyens avec des mesures fortes et le vocable employé va dans le bon sens. Il est impératif de condamner sans réserve tous les actes racistes, homophobes, sexistes ainsi que toutes formes d’agression et de discrimination.

Il est primordial de rétablir l’harmonie et la concorde entre les citoyens et de réinstaurer le respect à l’égard de celles et ceux qui nous protègent ou qui nous dirigent.

Les séances spontanées d’applaudissements pour manifester soutien et remerciements sont des signes très sympathiques et encourageants, mais bien trop sporadiques.

Une réelle prise de conscience de l’impérieuse nécessité de pratiquer « le vivre ensemble » doit être traduite par de profonds changements de raisonnement et d’attitude.

Ce n’est qu’à la condition expresse d’accomplir nos Devoirs que nous obtiendrons le parfait respect de nos Droits.

Le Mouvement Radical de l’Hérault adresse ses félicitations républicaines à l’ensemble des membres des Conseils Municipaux élus

Le Mouvement Radical de l’Hérault adresse ses félicitations républicaines à l’ensemble des membres des Conseils Municipaux élus

Après 2 mois d’attente, la mise en place des nouvelles équipes municipales des 285 communes héraultaises dont les Conseils Municipaux ont été élus au 1er tour, a été effectuée.

A dater du 18 Mai, les Conseils Municipaux élus au complet, sont entrés en fonction. L’élection des maires, adjoints et conseillers municipaux ayant reçu une délégation s’est déroulée jusqu’à hier, 28 Mai.

Cela met fin à des situations inédites que les Maires et Conseils Municipaux sortants ont eu à gérer pour lutter contre la pandémie de la COVID_19, en faisant appliquer des mesures sanitaires drastiques, en prenant des décisions parfois difficiles pour gérer aux mieux la sécurité, l’assistance et le bien-être de tous leurs administrés.

Des édiles sortants et des futurs entrants ont su avec leurs équipes municipales, partager, jongler, œuvrer solidairement à la gestion de la crise dans un esprit républicain et dans l’intérêt de nos concitoyens. Cette mutualisation des compétences, cette entraide et cette expertise partagées de la part d’hommes et de femmes engagées dans ce travail de proximité, démontrent parfaitement le rôle primordial que jouent les communes dans l’organisation administrative et politique des Territoires.

L’une des orientations que développe le Mouvement Radical / Social-Libéral, consiste à la mise en place d’une décentralisation forte et utile. Les Radicaux seront les artisans d’une nouvelle étape de décentralisation, reposant sur des exigences de cohérence dans la répartition des compétences, d’adaptation des structures et des institutions aux besoins propres à chacun des territoires, de garantie d’une véritable autonomie financière des collectivités locales.

Dans notre département, 57 communes sont dans l’attente de la tenue du second tour fixé au 28 Juin. Elles ont jusqu’au 2 Juin à 18h00 pour déposer leurs listes en l’état ou remaniées selon les résultats du 15 mars, compte tenu des fusions, alliances ou soutiens négociés.

Nous allons expérimenter une « drôle de campagne », axée sur le numérique dans un contexte de crise sanitaire qui entre dans sa 2ème phase de déconfinement. Elle sera peut-être la première d’un nouveau modèle en la matière, l’annonciatrice du fameux « Monde d’après ».